En vue des élections européennes du 26 mai prochain, les coprésidentes de la Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CIAMS, http ://abolition-ms.org/) demandent aux listes politiques de s’engager contre la GPA dans une tribune parue dans Le Figaro le 13 mai dernier.

Extraits : “Devant la force de frappe d’un marché en extension, car porteur des intérêts de détenteurs d’un capital à la fois social, symbolique et financier, devant une propagande médiatique défiant toute déontologie, devant des agences qui promeuvent la fabrication d’êtres humains sur commande et sur mesure, devant les démarches réitérées d’intimidation contre celles et ceux qui portent une parole féministe abolitionniste au nom du respect des droits humains des femmes et des enfants, le moment est venu de demander un engagement politique ferme pour défendre ces droits.”

” (…) Quand les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne, réunis lors du sommet informel de Sibiu, s’engagent à défendre la démocratie et l’État de droit, à agir avec équité pour réduire les inégalités et aider les plus vulnérables, ainsi qu’à faire de l’Europe un leader mondial responsable, qui travaille avec ses partenaires pour le développement d’un ordre mondial basé sur le respect des règles de droit, le Parlement européen doit aussi s’engager pour le respect des êtres et des droits humains. Il y a urgence à mettre un terme aux trafics transfrontières organisés par les entrepreneurs de la maternité de substitution.

Vouloir réglementer la maternité de substitution ne fait qu’organiser une nouvelle modalité de traite des femmes. La maternité de substitution viole les droits des enfants et des femmes en contribuant à une société fondée sur l’utilisation et la maltraitance de personnes parmi les plus vulnérables et les plus pauvres, une société constituée d’êtres humains de première et de seconde catégorie, en favorisant un ordre mondial inégal et discriminatoire. Les souhaits de devenir parents peuvent être satisfaits par des formules qui ne comportent pas d’exploitation, ni de commercialisation des femmes et des enfants.”

La tribune est à lire ici : http ://premium.lefigaro.fr/vox/societe/appel-aux-candidats-aux-europeennes-l-europe-doit-abolir-la-gpa-20190512