« Saloperie », « sicaires » de « raciste », assimilation à des « talibans », des « ayatollahs iraniens », au « régime de Pétain » à la « propagande vichyste », ou suggérant d’envoyer ses sympathisants « en Corée du Nord » car « cela leur fera du bien » etc. Voilà ce que Caroline Mecary, avocat de son état, élue écologiste au Conseil de Paris, se permet de dire à tout bout de champ de La Manif Pour Tous, ses dirigeants et ses sympathisants. Confrontée à ses insultes et sa violence verbale depuis des années, La Manif Pour Tous a déposé plainte avec constitution de partie civile pour injure et diffamation publiques pour quelques uns des tweets les plus récents du même ordre.

Pour son tweet « Et hop hop hop 1 PACPC pour diffamation publique, vous allez moins rire avec votre propagande qui ne masque même pas votre silence abyssal sur les enfants placés en rétention ou victimes de prêtres pédophiles, qd ce n’est pas 1 inceste au sein de vos familles (1 sur 10) » dans lequel elle impute clairement à la Manif Pour Tous de réunir des familles dont une sur dix serait incestueuse, et pour les autres, elle a été mise en examen.

En effet, LMPT se devait de réagir après des années de patience et de tolérance. Quelle autre association tolérerait une telle imputation ? Qu’adviendrait-il si l’on disait pareille chose de l’une ou l’autre des associations militantes dont Caroline Mecary partage les combats ? Qui peut croire que cela ne susciterait pas une légitime réprobation ?

Nous sommes dans un pays dans lequel les acteurs du débat public doivent respecter leurs adversaires, y compris Caroline Mecary. Elle ne bénéficie d’aucun passe-droit. Elle n’est pas au-dessus, ni de la civilité, ni du droit. Il doit être possible, en France, de se prononcer contre l’extension de la PMA ou la légalisation de la GPA et de débattre de ces sujets sans se voir gratuitement imputer d’être incestueux.

Ce ne sont pas les positions de Caroline Mecary qui sont en cause, ni son exercice professionnel : ce sont bien les insultes et la violence avec lesquelles elle s’en prend régulièrement et personnellement à une association, ses dirigeants et à ses sympathisants.

Etant donnée l’importance humaine de ces questions pour les générations à venir et pour la société de demain, la possibilité d’un débat serein, apaisé, raisonné et respectueux les uns des autres est absolument indispensable.

Créditsphotos@LeMonde