Le chef de l’Etat a prononcé une allocution remarquée à l’occasion du centenaire de l’organisation internationale du travail (OIT).
Il a fustigé “les inégalités de ce capitalisme devenu fou” et déclaré que la crise que nous vivons “peut paraître douce parce que les victimes n’ont pas de porte-voix”.
Mais l’ouverture de la PMA sans père en France à toutes les femmes n’est-elle pas un bon exemple de ce capitalisme que condamne Emmanuel Macron ? Oui, nous le pensons.
Qui bénéficiera d’abord de la PMA sans père ? Les laboratoires pharmaceutiques fournisseurs des banques publiques de spermes, puis les médecins spécialisés dans les questions de fertilité et les entreprises qui inciteront leurs salariées à congeler leurs ovocytes pour attendre des enfants plus tard…
Quant aux enfants qui naîtront sans père, ils sont simplement oubliés n’ayant pas de porte-voix…
Au nom du droit à l’enfant. Au nom de l’argent à gagner pour beaucoup.
Le capitalisme fou, le voilà.