Le dernier numéro de l’hebdomadaire Marianne publie un dossier sur “L’offensive des obsédés de la race, du sexe, du genre, de l’identité…”. Il met en avant la conquête à grandes enjambées de l’université et des médias d’un “nouveau militantisme antiraciste confinant au racisme”. Leur nouvelle arme ? L’intersectionnalité. Malheureusement, pour ceux qui suivent les questions liées au genre, le procédé n’est pas nouveau. Ils retrouvent le même type d’arguments, les mêmes procès d’intention, la même violence à l’adresse de ceux qui ne sont pas d’accord avec les LGBT, sauf qu’ils ajoutent la dimension “raciale”.

Regardons. “Les “racisés” souffrent d”invisibilisation” ce qui devrait pousser à s’interroger sur les “privilèges blancs” et le ‘racisme d’Etat” en France” écrit Marianne. Remplacez “racisés” par LGBT et “blancs” par hétéros, et vous aurez la version LGBT. L’hebdomadaire note l’entrisme des activistes dans de nouvelles organisations “comme le Planning familial, Act Up (…) le syndicat Sud”. Toutes ces organisations furent jadis autant de citadelles prises par les LGBT. Plus loin, le journaliste écrit que “La capacité à raisonner s’efface. Ne subsistent que les assignations à résidence communautaire”. Cela ne vous rappelle rien ? Nous, oui. La sexualité est devenue pour les LGBT l’alpha et l’oméga de la vie de tout homme et de toute femme, avant même sa participation à la communauté nationale.

Et puis nous retrouvons les mêmes influences de la panoplie de “l’identitaire de gauche” que ce soit les “classiques” Michel Foucault, Pierre Bourdieu ou Jacques Derrida, les “fondateurs” notamment Judith Butler et Kimberlé Crenshaw, ou les “leaders actuels” Joan W. Scott ou Eric Fassin. Bilan d’un jeune docteur en sciences politiques “Si tu n’es pas bourdieusien, et que tu n’as pas d’appétence pour les thèmes du genre et de la race, tu n’as vraiment pas beaucoup de chances d’obtenir un poste (à l’université)”.

Voilà, on finit toujours par être débordé par plus extrémiste que soi. Les LGBT se croyaient les damnés de la terre. Erreur. Les racisés les jugent has been désormais. Et la société n’en finit plus de se décomposer comme autant de pièces d’un puzzle que nous ne pourrons plus jamais assembler.

Le dossier à lire dans Marianne est là https ://www.marianne.net/societe/l-offensive-des-obsedes-de-la-race-du-sexe-du-genre-de-l-identite