C’est une tribune militante en faveur de la GPA parue sur le site de la BBC.

Son titre est emprunt de cynisme : “Surrogacy : Why the world needs rules for ‘selling’ babies”

Elle commence par une fake news : “Surrogacy is not a new phenomenon. For thousands of years, women have nominated others to give birth on their behalf.” Non, la GPA est une démarche nouvelle. Ce qui existait, c’était l’adoption. Ne pas confondre.

Puis elle démontre – involontairement – que ce qu’elle a annoncé plus haut est faux et que la légalisation n’empêche pas les arrangements ou le trafic – la GPA est encadrée en Grande-Bretagne, il ne peut pas y avoir de GPA “sauvages” : “In the UK alone, the number of parental orders made following a surrogate birth has tripled from 121 in 2011 to 368 in 2018. The true number of surrogacy arrangements may be even higher, as there is no obligation to seek such an order.”

L’auteur décrit ensuite les heurts auxquels se heurtent la GPA dans le monde sur le plan légal, moral, financier.

Cela ne l’empêche pas de conclure que la boîte de Pandore a été ouverte “Surrogacy can provide the joy of a longed-for child, but at the same time it opens the door for the exploitation of the most vulnerable. As surrogacy gains in popularity, these legal and ethical dilemmas will only become more pressing. Pandora’s Box has been opened and the law has failed to respond.”

Nous pourrions donc conseiller à Claire Fenton-Glynn de l’université de Cambridge de se battre pour refermer cette boîte qui n’aurait jamais dû être ouverte.

La tribune est à lire ici https ://www.bbc.com/news/health-47826356